De et mise en scène et avec: Sylvie Pothier


Au coeur d'une ville en liesse, Charlotte, une jeune clocharde très malade, tente tant bien que mal de survivre à la nuit froide de Noël.

En 1894, Jéhan Rictus écrit « Les soliloques du pauvre », un recueil poétique au style populaire criant la détresse des gens de la rue. Malgré son ancienneté, ce texte surprend par son actualité et la force très moderne de ses propos.

Or, c'est cette actualité-même du texte qui révèle ce que la misère urbaine a de pire: sa constance à travers le temps.

En effet, soixante ans après Rictus, c'est autour de l'Abbé Pierre de lancer un appel désespéré. Choqué par la rigueur de l'hiver 1954 qui tue les SDF, il en appelle à la bienveillance de chacun.

Pourtant, aujourd'hui, soixante ans plus tard, on recence encore chaque année des centaines de morts dans la rue, de froid, de faim ou de maladie.

C'est pour évoquer ce triste constat que La Structure Compagnie a choisi de traiter ce sujet au travers de l'adaptation d'un texte du XIXe siècle, avec la voix d'une femme.

« Soliloque d'une déclassée » s'appuie sur les mots de Rictus pour évoquer toute la souffrance des anonymes qui survivent, au jour le jour dans la rue...

En effet dans l'espace public des métropoles de plus en plus de femmes sont à la rue.




 
vec